header_068.jpg

Le GRS est mort, vive le Centre Max Weber !

par Pierre Mercklé le 27 janvier 2011 · 7 commentaires

dans Divers

J’ai changé de laboratoire, je quitte le GRS (groupe de recherche sur la socialisation), dont j’étais membre depuis quinze ans, pour le Centre Max Weber. En réalité, ce n’est pas moi qui change de laboratoire, c’est plutôt mon laboratoire qui change : le CNRS ne nous a pas laissé d’autre choix que celui de la fusion avec l’autre laboratoire lyonnais de sociologie, MODYS, avec lequel les relations au cours des dernières années, n’avaient pas toujours été sereines… Cela ressemblait donc plus, au moins à l’origine, à un mariage forcé qu’à un mariage d’amour ou même un mariage de raison.

Qu’à cela ne tienne ! Ce lundi, sous la houlette de notre nouveau directeur de laboratoire, Jean-Hugues Déchaux, nous avons tenu l’assemblée générale inaugurale du Centre Max Weber, désormais Unité mixte de recherche n° 5283 du CNRS[1]. L’après-midi était belle, il y avait du jus d’orange et des viennoiseries, j’avais personnellement beaucoup de plaisir à retrouver la salle 112K dans laquelle j’avais fait mes premiers pas dans l’enseignement supérieur quinze ans auparavant, et l’ambiance était bonhomme. Chacun-e semblait animé-e par une sorte de bonheur à être là, tou-te-s ensemble, prêt-e-s à se retrousser les manches pour la gloire de la sociologie lyonnaise.

Bien sûr, Jean-Hugues tenta – c’est son rôle – de modérer cet enthousiasme un peu juvénile qui est la marque de tous les débuts, en nous rappelant qu’il ne s’agissait pas pour nous de fonder une communauté au sens de Tönnies, mais seulement au moins un rassemblement de professionnels conscients de leur intérêt et de leurs responsabilités, dans la liberté et l’autonomie, mais aussi dans le dialogue, par-delà les différences de sensibilités. Mais il avait beau nous enjoindre à ne pas faire de notre laboratoire une Ecole (comme on dit « l’Ecole de Francfort » ou « l’Ecole de Chicago »), on devinait bien, à seulement voir les mines des collègues réuni-e-s cet après-midi-là, qu’il se passait quelque chose de plus que de simples retrouvaille. Alors, soucieux d’afficher au plus vite à la face du monde la force inattendue de cette union, nous nous sommes immédiatement dit qu’il nous fallait… un logo ! Comme un collègue facétieux en avait déjà préparé un, avec son autorisation je me suis donc permis de filer son petit clin d’œil, à partir d’une photo prise ce jour-là de notre belle assemblée. Voici donc ma première contribution au groupe de travail « communication » de mon nouveau laboratoire, histoire d’inaugurer nos travaux dans la bonne humeur… Le GRS est mort, vive le Centre Max Weber !

La joie est CMW


[1] Désormais, le Centre Max Weber accueille donc 6 équipes de recherche, et rassemble au total une dizaine de chercheurs du CNRS, un peu plus de 60 enseignants-chercheurs des universités de Lyon et de Saint-Etienne, ainsi que de l’ENS de Lyon, environ 120 doctorants, et une douzaine d’ingénieurs et de personnels d’administration. L’ensemble est dirigé par une équipe composé de Jean-Hugues Déchaux et de trois directeurs-adjoints, Jean-Yves Authier, Bernard Lahire et Michel Rautenberg.

  • email
  • Print
  • Add to favorites
  • RSS
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Digg
  • Diigo
  • Google Bookmarks
  • Google Buzz

Ajouter un commentaire

{ 5 commentaires… lisez-les ci-dessous ou ajoutez un commentaire }

Jo janvier 27, 2011 à 13h12

Je suis désolé, mon commentaire est totalement hors-sujet : pourriez-vous me donner les références du tableau (de peintre, non pas statistique) qui est au-dessus de cette page ? (Celui avec le policier au milieu)

Merci d’avance

Répondre

p.m janvier 27, 2011 à 13h19

Comme vous l’avez peut-être compris, il ne figure pas toujours en haut de cet article… Parfois oui, parfois non, les photographies du bandeau changent aléatoirement à chaque nouvelle page ou chaque rafraîchissement de la page en cours. Et les légendes de toutes ces photographies figurent dans la galerie photo… Celle que vous évoquez, si j’ai bien compris, est une photographie d’une fresque peinte à l’intérieur de la Coit Tower à San Francisco, que j’ai prise cet été. La fresque en question, très influencée par Diego Rivera, s’appelle « Street Scene » et a été peinte par Victor Arnautoff en 1934. Vous pouvez la voir par exemple ici.

Répondre

Pierre M février 9, 2011 à 21h11

Le choix du nom (Centre Max Weber), c’est parce que les bordelais avaient déjà pris Centre Emile Durkheim ?
:-)

Répondre

Pierre Mercklé février 9, 2011 à 21h20

Et Maurice Halbwachs par les Parisiens, et Norbert Elias par les Marseillais… Et puis Karl Marx ne faisait pas l’unanimité dans le labo ! Tiens, Claire, pas de femme…

Répondre

Pierre Mercklé février 13, 2011 à 13h53

Pour un recensement plus exhaustif des « nouveaux » noms des labos de sociologie du CNRS, vous pouvez aussi lire ce billet de Baptiste Coulmont.

Répondre

{ 2 trackbacks }

Billet précédént :

Billet suivant :