header_033.jpg

Sociologie des réseaux sociaux

par Pierre Mercklé le 24 février 2011 · 10 commentaires

dans Humanités numériques,Réseaux

Pierre Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux (La Découverte, coll. "Repères", 2011)Aujourd’hui paraît la troisième édition du livre que j’avais consacré à la Sociologie des réseaux sociaux, et dont la première édition était parue en 2004 aux Editions de la Découverte, dans la collection « Repères ». Le livre avait alors été écrit dans un contexte particulier, celui de la montée, en France comme ailleurs, de l’analyse des réseaux à la fois comme nouveau corpus de méthodes pour les sciences sociales, et aussi comme nouveau paradigme, ambitionnant d’ouvrir une troisième voie « méso-sociologique » entre le holisme et l’individualisme méthodologique, et qui a pu aussi consister à opposer les réseaux sociaux aux classes sociales.

La sociologie des réseaux : une méthode, ou un paradigme ?

Avant même la mode des réseaux sociaux sur Internet, la notion de « réseau » connaissait en effet en sciences sociales un succès grandissant depuis quelques décennies : comme le montre le premier chapitre du livre (disponible en ligne sur SES-ENS), les travaux pionniers de Jacob Moreno, de Stanley Milgram, des anthropologues de l’école de Manchester (John Barnes, Elizabeth Bott…) ou des sociologues du groupe de Harvard (Harrison White, Mark Granovetter…) ont fait émerger tout un ensemble de concepts, de modèles et de recherches empiriques, constitutifs de cette « sociologie des réseaux sociaux » : celle-ci consiste à prendre pour objets d’étude non pas les caractéristiques propres des individus (leur âge, leur genre, leur profession, etc.), mais les relations entre les individus et les régularités qu’elles présentent, pour les décrire, rendre compte de leur formation, de leurs transformations, et analyser leurs effets sur les comportements.

L’ambition de la sociologie des réseaux sociaux est donc de restituer aux comportements individuels la complexité des systèmes de relations sociales dans lesquels ils prennent sens, et auxquels ils donnent sens en retour. Un « réseau social », dans cette perspective, c’est à la fois l’ensemble des unités sociales et des relations que ces unités sociales entretiennent les unes avec les autres, directement, ou indirectement, à travers des chaînes de longueurs variables. Ces unités sociales peuvent être des individus, des groupes informels d’individus ou bien des organisations plus formelles, comme des associations, des entreprises, voire des pays. Les relations entre les éléments désignent des formes d’interactions sociales qui peuvent être elles aussi de natures extrêmement diverses : il peut s’agir de transactions monétaires, de transferts de biens ou d’échanges de services, de transmissions d’informations, de perceptions ou d’évaluations interindividuelles, d’ordres, de contacts physiques (de la poignée de main à la relation sexuelle) et plus généralement de toutes sortes d’interactions verbales ou gestuelles, ou encore de la participation commune à un même événement, etc.

De l’étude de ces relations et des régularités qu’elles présentent, la sociologie des réseaux sociaux a su se constituer un domaine propre, par le développement de modèles et de méthodes spécifiques, appuyés sur le recours à des outils mathématiques empruntés à la théorie des graphes et à l’algèbre linéaire. Le chapitre II s’efforce de présenter ces outils de la façon la plus abordable possible, sans mathématisation, et à partir d’un exemple volontairement simplifié, et les chapitres suivants en poursuivent l’exploration : la nouvelle édition du livre continue ainsi d’avoir d’abord comme objectif d’examiner les apports de la sociologie des réseaux à l’analyse d’objets « relationnels » aussi divers que l’amitié, la sociabilité, le capital social (chapitre III), ou la stratification sociale et la cohésion sociale (chapitre IV)… Cette nouvelle édition continue aussi d’essayer de maintenir une regard critique sur ces outils et leurs apports, au sein d’une littérature spécialisée qui privilégie l’exposition des méthodes de l’analyse des réseaux, au détriment d’un examen de la validité de ses ambitions « paradigmatiques » à incarner une troisième voie théorique en sociologie.

Les réseaux sociaux en ligne : une révolution ?

Au début des années 2000, la question des « réseaux sociaux » se posait d’une façon en fait très paradoxale : d’un côté, les notions de « réseau » et de « capital social » n’avaient jamais été aussi à la mode, mais de l’autre c’est pourtant à une montée des discours catastrophistes sur le déclin de la sociabilité et le délitement du lien social qu’on assistait parallèlement, juste avant l’irruption d’Internet. C’était la thèse soutenue par le politiste américain Robert D. Putnam dans un ouvrage retentissant, intitulé Bowling Alone (2000) : utilisant de très nombreuses données sur l’évolution des relations sociales aux États-Unis, il montrait que l’on y assistait à une baisse de la participation politique, civique, religieuse et syndicale. Et cette baisse touchait également les relations sociales informelles : moins de sorties, de réceptions, de repas familiaux, etc…

A la veille de l’explosion des nouvelles technologie de communication, au début des années 2000, l’idée d’un déclin du lien social était de fait très largement répandue… Et pourtant, dix ans plus tard, avec l’irruption d’Internet, la donne semble avoir radicalement changé : on ne parle plus de « déclin de la sociabilité », mais au contraire de l’avènement d’une « nouvelle sociabilité », profondément transformée et renouvelée…

Que s’est-il donc passé au cours des dix dernières années, pour qu’on assiste à un tel retournement ? C’est ce que j’ai essayé d’expliquer dans le chapitre V, entièrement inédit, de cette nouvelle édition, intitulé : « Les réseaux sociaux en ligne : une révolution ? ». Internet s’est effectivement imposé de façon massive comme une technologie multiforme de communication interpersonnelle, dont les derniers avatars en date, les « service de réseaux sociaux » (ou Social Networking Services, en anglais), constituent évidemment les incarnations les plus spectaculaires : à la suite de quelques ancêtres remarqués (Classmates, Friendster, LinkedIn), qui sont au cœur de l’émergence du « Web 2.0 » dans la première moitié des années 2000, le succès massif est finalement arrivé avec MySpace, créé en 2003, et qui comptait 300 millions de membres au début de l’année 2010, et surtout avec Facebook, apparu l’année suivante, et qui a désormais dépassé son aîné, avec 500 millions de membres en juillet 2010, dont 17 millions de Français. Dans ce nouveau chapitre, après avoir montré en quoi consistent ces réseaux sociaux en ligne, je me suis appuyé sur les recherches des dix dernières années pour essayer de construire un tableau équilibré, et empiriquement étayé, des effets réels de ces nouveaux outils de communication sur le lien social – un tableau qui s’efforce de se tnir à égale distance de deux visions opposées : d’un côté, une vision « technophile » enchantée, faisant d’Internet le moteur de l’avènement d’une société globale plus ouverte, démocratique, fraternelle, égalitaire, et de l’autre une vision « technophobe », faisant au contraire d’Internet un ferment de destruction ou de nivellement des valeurs et de destruction du lien social.

De fait, il est possible de dresser un tableau moins manichéen, plus complexe, des conséquences du développement des nouvelles technologies relationnelles sur les structures sociales, et de mieux faire la part des changements réellement imputables à l’avènement d’Internet : le « déclin de la sociabilité » en face-à-face a-t-il été enrayé, ou au contraire accentué ? Quels sont les effets du développement de la sociabilité à distance sur les structures relationnelles et sur la cohésion sociale ? Les nouvelles technologies de communication peuvent-elles être au fondement d’une nouvelle sociabilité, plus égalitaire, moins hiérarchisée, et ouvrant sur un renouvellement de la démocratie politique ? Dans quelle mesure Internet, et en particulier le développement des réseaux sociaux électroniques, transforment-ils les relations entre sociabilité, culture et construction identitaire ? A chaque fois, dans ce nouveau chapitre, en convoquant les recherches et les enquêtes les plus récentes et les plus abouties, j’ai essayé d’apporter des réponses nuancées à ces questions, aux termes desquelles il ne me semble pas du tout certain qu’Internet ait provoqué une révolution dans les réseaux : il oblige bien sûr à une nouvelle réflexion sur ce qu’est une relation, sur ce qu’est le lien social, et il impose une conception élargie de la sociabilité, dans laquelle les relations à distance verraient leur importance et leurs effets réévalués ; pour autant, l’engouement des usagers – et des chercheurs aussi, d’une certaine façon – pour les réseaux sociaux en ligne ne doit masquer ni l’ancienneté de pratiques et de formes de sociabilité dont il serait très naïf de croire qu’elles ont été engendrées par Internet, ni par conséquent l’ancienneté des traditions et des travaux sociologiques qui s’attachent depuis au moins un demi-siècle à les prendre pour objets centraux de leurs investigations. Le panorama des nouveaux usages relationnels que propose désormais le livre invite donc plutôt à considérer qu’Internet, qui en cela est bien une « technologie », accompagne,  plutôt qu’il ne cause, un certain nombre de ces transformations des relations sociales (affaiblissement des liens, transformation de la notion de groupe, horizontalisation et informalisation des relations…). En réalité, ces transformations ont précédé Internet, dès les années 60, et l’ont peut-être même suscité, plutôt qu’elles n’en sont les conséquences : l’autonomie et le fonctionnement en réseau ne sont pas des inventions d’Internet, ce serait plutôt Internet qui serait le produit de l’autonomie et du fonctionnement en réseau. C’est très certainement à rappeler cela aussi que peut servir une sociologie des réseaux sociaux appuyée sur des enquêtes empiriques, soucieuse de ses origines historiques, enracinée dans une pluralité de méthodes et d’approches, et déterminée – en considérant les réseaux à la fois comme des moyens et comme des objets de recherches – à les étudier non pour eux-mêmes, mais pour continuer d’enrichir notre connaissance des structures sociales et des comportements individuels, des articulations entre eux et de leurs transformations.

C’est en tout cas ce point de vue que j’ai continué d’essayer de défendre dans cette nouvelle édition du livre. N’hésitez pas à me dire s’il vous semble correctement étayé, et à me faire part des commentaires que sa lecture pourrait vous suggérer !

Pour lire le livre, rien de plus simple, vous pourrez le trouver et le commander –assez facilement j’espère – chez votre libraire préféré. Et vous pouvez aussi bien sûr le commander en ligne, ici ou là, selon vos habitudes…

Chez Decitre…
http://www.decitre.fr/livres/Sociologie-des-reseaux-sociaux.aspx/9782707167101

Chez Amazon…
http://www.amazon.fr/Sociologie-réseaux-sociaux-Pierre-Mercklé/dp/270716710X/

A la Fnac…
http://livre.fnac.com/a3311681/Pierre-Merckle-Sociologie-des-reseaux-sociaux

Liens utiles

Présentation de l’ouvrage (La Découverte)
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Sociologie_des_reseaux_sociaux-9782707167101.html

Présentation de l’ouvrage (Liens Socio)
http://www.liens-socio.org/Sociologie-des-reseaux-sociaux-2011

Premier chapitre : « Les réseaux : un nouveau concept, une vieille histoire »

http://ses.ens-lyon.fr/les-reseaux-un-nouveau-concept-une-vieille-histoire-144042.kjsp

Réseaux sociaux (ressources pour l’agrégation de sciences sociales)
http://socio.ens-lyon.fr/ressources/ressources_themes_reseaux_ress.php

Réseaux sociaux contre classes sociales : faut-il former les professeurs de SES au nouveau programme de Première ? (Pierre Mercklé, janvier 2011)
http://pierremerckle.fr/2011/01/reseaux-sociaux-contre-classes-sociales/

Références bibliographiques

Mercklé Pierre (2011), Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères », troisième édition, 128 p.

Putnam Robert D. (2000), Bowling Alone. The Collapse and Revival of American Community, Simon & Schuster

  • email
  • Print
  • Add to favorites
  • RSS
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Digg
  • Diigo
  • Google Bookmarks
  • Google Buzz

Ajouter un commentaire

{ 2 commentaires… lisez-les ci-dessous ou ajoutez un commentaire }

Afifa février 24, 2011 à 15h05

Et pour « prolonger », vien de paraître : « Identité et contrôle. Une théorie de l’émergence des formations sociales », un ouvrage de Harrison C. White (EHESS, coll. « Translations », 2011). Voir la présentation dans Liens socio (oui, oui, j’en profite pour faire un peu de « réclame »…) : http://www.liens-socio.org/Identite-et-controle-Une-theorie

Répondre

Claire janvier 3, 2013 à 18h10

Bonjour,
Je suis très intéressée par votre étude et je trouve ce sujet passionnant. Je suis moi-même à la recherche d’informations concernant l’impact d’un tel outil au sein des relations amoureuses.
Avez-vous déjà traité ce sujet ou remarqué quelque chose de particulier?
J’ai hâte de me procurer votre ouvrage, en attendant, bonne continuation et merci pour votre curiosité et vos travaux!
Cordialement,
Une étudiante en sociologie.

Répondre

{ 8 trackbacks }

Billet précédént :

Billet suivant :