header_029.jpg

Vous voulez découvrir la sociologie ? Voici quelques lectures !

par Pierre Mercklé le 13 octobre 2013 · 11 commentaires

dans Sociologie

Coup sur coup, à quelques jours à peine d’intervalle (ce doit être aussi un effet de la rentrée), deux collègues m’ont demandé quels conseils de lectures je prodiguerais à qui voudrait se familiariser avec la sociologie. Leurs demandes m’ont donné envie d’essayer de rassembler rapidement une petite sélection d’ouvrages qui pourraient servir d’introduction générale à la sociologie… Mais comment constituer cette sélection ? Comment satisfaire les attentes à la fois d’une apprentie statisticienne avec une formation de philosophie, et d’un chercheur en informatique ? Peut-être tout simplement en me laissant guider par le souvenir de quelques lectures marquantes, du plaisir que j’ai eu à découvrir moi-même la sociologie à travers elles, et du plaisir que j’ai encore aujourd’hui à continuer d’en explorer l’immense territoire au fil des publications. Voici cette sélection de 28 titres qui pourra peut-être en intéresser quelques autres…

On pourrait croire qu’il faut commencer la découverte d’un domaine par un manuel généraliste, qui en proposerait un panorama aussi synthétique que possible. Mais je n’en suis pas convaincu : je me rappelle avoir en avoir lu un juste après le bac, donc l’été précédent mes premiers cours de sociologie, et n’avoir guère été emballé, mais c’était sans doute, je m’en rends compte maintenant, un mauvais manuel. S’il ne fallait alors en citer qu’un seul, ce serait peut-être l’Invitation à la sociologie, de Peter Berger (1963) : découvrir la sociologie par cette invitation n’est probablement pas une mauvaise chose.

Mais ce n’est pas ainsi que je l’ai découverte. En revanche, dès les premières semaines de cours, et pendant les trois années qui ont suivi, j’ai dû vite me frotter à un tout petit nombre de grands livres qui figuraient à notre programme, et qui ont fait naître sinon une vocation, du moins une curiosité pour la sociologie qui n’a cessé de croître ensuite. On pourrait donc très bien en commencer la découverte par ces grands classiques : Les Règles de la méthode sociologique, d’Emile Durkheim (1895), dans une édition de poche où elles étaient précédées d’une extraordinaire préface de Jean-Michel Berthelot ; L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme, de Max Weber (1904-1905) ; L’Essai sur le don, de Marcel Mauss (1923-194) ; et Outsiders, de Howard Becker (1963). Je n’ai pas choisi de découvrir la sociologie et les sciences sociales avec ces quatre textes, mais j’aurais pu difficilement mieux tomber, vous en conviendrez…

J’ai ensuite découvert le plaisir non seulement de lire de la sociologie, mais aussi et surtout de « faire » de la sociologie. Les lectures n’ont pas cessé alors, mais elles ont pris un tour beaucoup plus « empirique », et je crois qu’une bonne initiation à la sociologie ne peut que passer que par la confrontation aux « terrains » où elle se fait. Rien de mieux qu’un récit d’enquête pour comprendre intimement de quelles opérations la recherche y est constituée. Là encore, chacun-e a sûrement ses enquêtes « fétiches », mais de mon côté, celles-ci m’ont marqué : si vous ne craignez pas quelques graphiques et quelques chiffres, prenez donc le temps de vous perdre dans les méandres de Travailler pour être heureux ?, sous la direction de Christian Baudelot et Michel Gollac (2003) ; de La formation du couple, de Michel Bozon et François Héran (2006) ; ou encore de La Cigarette du pauvre, de Patrick Peretti-Watel (2012). Et du côté des approches qualitatives, le goût du « terrain » vous viendra peut-être avec un grand classique que je viens de redécouvrir pour préparer un cours, Le Hobo. Une sociologie des sans-abri, de Nels Anderson (1923) ; ou bien avec les Tableaux de famille, de Bernard Lahire (1995) ; ou encore avec des travaux plus récents, comme ces deux-là, que nous avons inclus dans notre sélection pour le prix lycéen du livre de sociologie et d’économie 2014 : Le travail pornographique, de Mathieu Trachman (2013), et Troubles en psychiatrie, d’Isabelle Coutant (2012) ; ou encore Les jeunes et l’amour dans les cités, d’Isabelle Clair (2008). Et pour un regard plus panoramique sur un certain nombre de grandes enquêtes qui ont jalonné l’histoire de la sociologie française depuis la Seconde Guerre mondiale, il y a bien sûr Faire de la sociologie, de Philippe Masson (2008). Enfin cette partie de mes suggestions de lectures serait orpheline sans au moins un livre de la figure tutélaire qui projette son ombre sur presque tous ceux que je viens de citer. Aux prises moi-même depuis de longues années avec des questions portant sur les pratiques culturelles, je ne peux évidemment que vous inviter à vous frotter à La Distinction, de Pierre Bourdieu (1979), lecture que vous ne manquerez pas de compléter ensuite, pour aider à prendre un peu de distance critique, avec Le savant et le populaire, de Claude Grignon et Jean-Claude Passeron (1989).

Ce n’est peut-être qu’après quelques unes de ces lectures qu’il faudrait commencer à ouvrir des « manuels » de sociologie, et peut-être aussi en commençant par des guides « méthodologiques » : contrairement à ce qu’on pourrait croire, ceux-ci ne sont pas forcément réservés qu’à celles et ceux qui veulent « faire de la sociologie », même si évidemment leur lecture est hautement recommandable à toutes celles et ceux qui vont devoir le faire, par exemple en Master. Là encore, mes choix sont personnels… Il y a longtemps, j’avais beaucoup aimé l’Initiation à la pratique sociologique, de Rémi Lenoir, Louis Pinto, Patrick Champagne et Dominique Merllié (1989), mais je crois que la dernière édition date de 1996, alors il faudra sûrement aller l’emprunter à la bibliothèque. Pour un point de vue très synthétique, La méthode en sociologie, de Jean-Claude Combessie (1996), qui a été mon directeur de maîtrise ; L’enquête sociologique, dirigé par Serge Paugam (2010) ; et bien sûr Les ficelles du métier, de Howard Becker (1998), qui sera donc cité deux fois dans cette sélection… Pour les méthodes statistiques, je recommande souvent L’analyse des données quantitatives, d’Olivier Martin (2005). Et pour les méthodes qualitatives (l’entretien, l’observation), il y a un livre formidable, à coup sûr une lecture obligatoire à l’entrée en Master, c’est le Guide de l’enquête de terrain, de Stéphane Beaud et Florence Weber (1997).

Vous l’aurez donc compris, je ne suis pas forcément un immense fan des manuels d’introduction générale à la sociologie. En dressant cette liste, je découvre qu’il y a une Sociologie pour les nuls, de Jay Gabler, et Alexis Tremoulinas (2013), mais comme je ne l’ai jamais eu entre les mains, je ne sais pas ce que ça vaut. Mais si réellement vous pensez qu’il vous commencer par là, alors il y a tout de même quelques titres qui méritent peut-être votre attention : je pense aux 100 mots de la sociologie, dirigé par Serge Paugam (2010) (j’y ai commis les définitions de « analyse longitudinale », « corpus », « corrélation », « croyances », « réseau », et « tableau croisé »), ou bien à l’Histoire des pensées sociologiques, de Jean-Pierre Delas et Bruno Milly (1997). Et si vous voulez ensuite compléter votre connaissance de l’histoire de la sociologie, alors je ne peux que vous conseiller de vous plonger par exemple dans les ouvrages qui proposent un panorama de la sociologie américaine. J’avais, il y a longtemps, adoré Les sociologues américains et le siècle, de Nicolas Herpin (1973), mais il doit un peu dater maintenant. Pour des mises à jour, il faudra donc aller voir du côté de La sociologie américaine, du même Nicolas Herpin et de Nicolas Jonas (2011).

Voilà, 27 titres, le compte y est presque. Le dernier titre de cette sélection, ne le lisez peut-être que quand vous aurez déjà lu une bonne partie des autres. C’est que si vous y prenez goût, vous verrez qu’il ne s’agit pas seulement de lire et de faire de la sociologie, pas seulement non plus de savoir comment en faire, mais aussi de se demander ce qu’on fait quand on fait de la sociologie : qu’est-ce, au fond, qu’un phénomène social ? En quoi consiste la démarche scientifique du sociologue ? Qu’est-ce qu’une explication, en sociologie ? Que « dit » un tableau statistique ? Si vous avez du goût pour ces questions « épistémologiques », sachez que les réponses sont dans Le raisonnement sociologique, de Jean-Claude Passeron (1991)…

Voilà donc cette sélection très subjective, absolument pas exhaustive évidemment, de quelques livres par lesquels commencer à découvrir la sociologie. J’ai essayé de les présenter ici dans un ordre qui me semble cohérent, mais qui m’est probablement très personnel. A la réflexion, il vaut peut-être mieux dire : commencez par où vous voulez ! Du moment que vous commencez…

Du reste, je serais très curieux de savoir à mon tour par la lecture de quels ouvrages, vous qui venez de découvrir la sélection ci-dessus, vous conseilleriez de commencer une initiation à la sociologie ? N’hésitez pas à saturer les commentaires de ce billet avec vos propres sélections, je suis impatient de les découvrir !

  • email
  • Print
  • Add to favorites
  • RSS
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Digg
  • Diigo
  • Google Bookmarks
  • Google Buzz

Ajouter un commentaire

 

{ 11 commentaires… lisez-les ci-dessous ou ajoutez un commentaire }

Billet précédént :

Billet suivant :