header_015.jpg

Plus besoin d’agir en fonctionnaire de l’Etat de façon éthique et responsable

par Pierre Mercklé le 8 septembre 2014 · 4 commentaires

dans Art,Divers,Education

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il n’y a pas eu beaucoup de publicité autour de cette petite information qui n’intéressera pas grand-monde, mais quand même : il semblerait bien (ce serait peut-être  confirmé plus clairement dans les jours à venir) que l’épreuve « Agir en fonctionnaire de l’Etat de façon éthique et responsable » a été retiré des programmes des concours d’agrégation. Instaurée en 2009 par la droite, cette épreuve imposée à tous les concours de recrutement des enseignants du secondaire avait fait couler beaucoup d’encre et provoqué de nombreuses polémiques. En sciences économiques et sociales, elle avait même provoqué la démission des sociologues du jury de l’agrégation externe (mais pas des économistes…), qui se jugeaient incompétents pour l’évaluer. Et à l’ENS de Lyon, nous n’avions pas prétendu être plus compétents que nos collègues du jury, et nous ne préparions donc pas nos élèves à cette épreuve. Il faut dire que les sujets proposés en exemple au moment de l’instauration de l’épreuve, puis les sujets donnés dans les différentes disciplines, avaient de quoi déconcerter… Quelques exemples :

– Un journaliste vous demande votre opinion, en tant que professeur de Sciences économiques et sociales, sur la réforme du lycée. Commenter la situation en précisant les conséquences de l’obligation de réserve sur l’exercice du métier d’enseignant.

– Un élève porte un signe religieux que vous considérez ostensible alors qu’il affirme être discret, que faites-vous ?

– Des parents d’élèves viennent de plaindre de votre présentation trop keynésienne de l’endettement public, que faites-vous ? L’article de loi sur l’obligation de réserve était joint à l’énoncé.

Agir en fonctionnaire de l'Etat de façon éthique et responsable ? Mon oeil !

Hier, c’est donc par un post de l’ami Paul que m’est arrivé le premier indice de la bonne nouvelle : il y citait une information d’Yves Poncelet, président du jury, qui annonçait la disparition de cette épreuve du programme de l’agrégation externe d’histoire. Mais quid des sciences économiques et sociales ? Pour le savoir, il faut chercher un peu : le droit n’énonce que rarement des disparitions, il se contente de produire de nouveaux textes où les articles supprimés ne figurent plus. Ici, c’est le discret arrêté du 25 juillet 2014, publié au Journal officiel du 12 août 2014, qui enterre l’épreuve. L’arrêté ne dit pas que l’épreuve « Agir en fonctionnaire » est supprimée, il dit seulement, je cite :

XIII. – Section sciences économiques et sociales

Le B définissant les épreuves orales d’admission est ainsi modifié :

Le 2° est remplacé par les dispositions suivantes :

« 2° Commentaire d’un dossier portant sur un problème économique ou social d’actualité, suivi d’un entretien avec le jury (durée de la préparation : quatre heures ; durée de l’épreuve : quarante-cinq minutes maximum [commentaire : trente minutes ; entretien : quinze minutes maximum] ; coefficient 3). »

Pour que ce soit plus clair, quand même, la « version consolidée » du texte régissant les épreuves est parue au Journal officiel du 3 septembre 2014. Pour les sciences économiques et sociales, voici donc la nouvelle définition des épreuves :

A. – Epreuves écrites d’admissibilité

1° Composition de sciences économiques (durée : sept heures ; coefficient 4).

2° Composition de sociologie (durée : sept heures ; coefficient 4).

3° Composition portant, au choix du candidat exprimé lors de l’inscription, soit sur l’histoire et la géographie du monde contemporain, soit sur le droit public et la science politique (durée : cinq heures ; coefficient 2).

Le programme sur lequel portent les épreuves écrites d’admissibilité est publié sur le site internet du ministère chargé de l’éducation nationale.

B. – Epreuves orales d’admission

1° Leçon portant sur le programme de l’option sciences économiques et sociales de la classe de seconde ou sur le programme de sciences économiques et sociales de première ou de terminale ES des lycées (y compris sur le programme de l’option sciences économiques et sociales en première ES et sur celui de l’enseignement de spécialité en classe de terminale ES), suivie d’un entretien avec le jury (durée de la préparation : six heures ; durée de l’épreuve : une heure maximum [leçon : quarante-cinq minutes ; entretien : quinze minutes maximum] ; coefficient 5).

2° Commentaire d’un dossier portant sur un problème économique ou social d’actualité, suivi d’un entretien avec le jury (durée de la préparation : quatre heures ; durée de l’épreuve : quarante-cinq minutes maximum [commentaire : trente minutes ; entretien : quinze minutes maximum] ; coefficient 3).

3° Epreuve de mathématiques et statistique appliquées aux sciences sociales et économiques (durée de la préparation : une heure trente minutes ; durée de l’épreuve : trente minutes ; coefficient 2).

Cette dernière épreuve porte sur un programme publié sur le site internet du ministère chargé de l’éducation nationale.

Aucun doute donc : exit donc l’épreuve « Agir en fonctionnaire de l’Etat de façon éthique et responsable » à l’agrégation de sciences économiques et sociales ! Elle disparaît du reste de tous les concours de recrutement des enseignants du secondaire, dans toutes les disciplines… Dans toutes les disciplines, vraiment ? Eh non, très bizarrement, elle est maintenue dans une agrégation, et une seule : l’agrégation… d’arts plastiques ! C’est bien connu : les artistes sont généralement immoraux et irresponsables, il convient donc de continuer de leur réserver ce traitement un peu spécial, destiné probablement à écarter les plus dangereux d’entre eux de la fonction publique. Ouf.

  • email
  • Print
  • Add to favorites
  • RSS
  • Wikio FR
  • del.icio.us
  • Digg
  • Diigo
  • Google Bookmarks
  • Google Buzz

Ajouter un commentaire

 

{ 4 commentaires… lisez-les ci-dessous ou ajoutez un commentaire }

Billet précédént :

Billet suivant :